Archives pour: Février 2014

Mercredi 26 Fév 2014

50 nuances de taïglagla (La suite)

Je réalise qu'il est temps de démythifier un peu ce voyage et ses protagonistes.

Certes, il m'est flatteur de vous servir l'image épique de deux aventuriers du froid, héros hirsutes et inflexibles perdus dans l'immensité glacée de la taïga infinie, bravant tempêtes boréales et rennes sanguinaires.

La réalité est légèrement différente.

Comme nous sommes parti fin janvier, les journées furent courtes.
Voici le déroulement d'une journée typique de deux marathoniens de l’extrême :

08h : Une vague lueur point : le jour se lève. Pas nous.

09h : ...

10h : ...gnu ?... mh.

11h : Nous finissons enfin par vaguement ouvrir un œil. Chacun s'extirpe de ses sacs de couchage, on relance le feu.
Petit dej' chocolat/céréales, car je n'ai pas réussi à me procurer assez de saucisses/haricots avant de partir.
Et quickstart au Talisker, histoire de huiler la machine.

12h : Bon, c'est pas tout ça, mais faut y aller. Le camp est vite plié, on attelle les pulkas, chausse les raquettes et en route !

13h : Stop ! c'est l'heure des cacahuètes. On fait glisser avec une lampée de Laphroaigh. S'agirait pas de rater l'apéro.


Le paysage reste sobre. Lui.

14h : Euh... On va par où au fait ? C'est quoi l'île toute noire à gauche ? Käyränokkasaaret ou Salasalmensaari ?
Bon... d'après le soleil on se dirigerait vers...
Ah bah non, pas de soleil...
Ok...
Et merde : on s'est encore perdu.
Bon, on s'en fout, il nous reste de l'eau de vie de prune.
"Kippis !" comme on dit dans le coin.

Mouiiii...


Bon bon bon...


Ah, un panneau ?


Ah. Spartiate. Au moins c'est raccord avec le paysage.

15h : Une poignée de graines, fruits séchés, chocolat. Fait faim dans ce frigo.
Tiens, on a de la visite...

16h : "Houlà, il se fait tard, la nuit ne va pas tarder. On dort où ?".

Là, c'est pas mal.

On aborde une ile, trouve le côté sous le vent et youkaïdi-youkaïda, c'est parti pour une heure de bûcheronnage.

Tchoc-tchoc-tchoc à la hachette, abattage d'arbres morts à la main, refente du bois congelé à cœur au couteau.

On déblaie un peu de neige sur la glace, une plateforme de rondins pour éviter que le feu ne coule tout de suite au fond du lac et paf, un beau feu qui crépite !

17h : On a bien bossé. Ça se fête. Armagnac !
Pendant que la neige fond dans la bouilloire, on peaufine notre nid douillet pour la nuit. Deux bâches, un sandwich de matelas, et nos duvets par dessus. Royal.

18h : A taaaaable ! Lyophilisés. Des bons.
Si si, je vous jure, ça existe.
Ça doit faire six mois que j'en teste le midi au bureau : les collègues me prenaient pour un barge.
Mais depuis mon retour, pour eux, je suis "celui qui dort avec les ours polaires".
Une légende.
Hééé ouais.

19h : On a refait nos réserves d'eau liquide, dans les Nalgènes bouillantes qui rejoignent le fond de nos sacs de couchage. S'agirait pas de les laisser geler dehors cette nuit.
Tiens, d'ailleurs, on boit quoi nous ? L'était pas mal le petit Port Charlotte d'hier soir, un whisky plus fruité que le vieux Talisker de ce matin. On se les compare, avec une tranche de salami grillé ?

19h12 : Grouaaaarh... Dodo.

Enfin, dodo... c'est vite dit.
Car dès que je m'endors, je ronfle.
Ce qui réveille mon compagnon de banquise.
Qui me réveille à son tour, pour me faire taire.
Alors, le loooong cycle infernal de la nuit polaire commence...

Ce qui explique notre épuisement au petit matin, et les réveils tardifs.

Une prochaine fois, chacun sera totalement autonome question matos, et dormira sur une île séparée d'au moins un mile de distance.
Ça nous évitera de nous entre-tuer.

Parce que là, avec nos hachettes affûtées comme des rasoirs et nos énormes coutelas d'une coudée de long toujours à portée de main, on est pas passé si loin du drame nocturne.

Au point que l'un d'entre nous, un soir, dans une cabane, a fini par s'adonner à l'auto-mutilation...

(A suivre...)


Samedi 22 Fév 2014

50 nuances de taïga (Première partie)


Hoplää,

De retour de la taïga finlandaise, à taquiner le 69°N par des températures digne du dieu KongëëlaThor.

Dans une région qui s'est choisi comme armoiries... un poisson à cornes de rennes.
"Hiekka hopea lohta yllään poronsarvia kulta".
Nääwak.

Cette fois-ci accompagné d'un cobaye tout neuf, novice désirant découvrir le Grand Frais.
Comme c'était sa toute première fois "là-haut", il m'a fait confiance. Ce qui fait que non content de ne pas prendre de réchaud pour faire chauffer notre eau (hop, tout au feu de bois, ça fait la b... les bras), j'ai aussi abandonné thermos et tipi sans qu'il ne s'en formalise.
Pas de tente cette fois-ci : nous avons dormi sous une simple bâche.

Enfin, pas la première nuit.
Paris-Helsinki, Helsinki-Ivalo... et 40 minutes glaçantes de bus de nuit erratique conduit à un train d'enfer sur une route totalement verglacée par un chauffeur n'ayant pas froid aux yeux.

Un gros bus fonçant dans la nuit sur la glace, ça vaut son pesant de frissons.

Pour nous remettre de ces 12 heures voyage, conclues par une belle suée, rien de tel que de partir directement sur la glace du lac Inari.
De nuit, donc.
A la frontale.
Et de dormir sur la neige.
A la belle étoile.
Sans transition.
Paf.

Il faisait -20°C.

Heureusement je ne suis pas un tortionnaire, et les nuits suivantes furent nettement plus confortables civilisée similaires.
Confort
Grand confort : Ce n'est plus une bâche, c'est un palace !


La petite maison dans la prairie : vue imprenable sur le lac, sous nos pieds.


Velum à la romaine. Spartacus représente, wèch !

Ne manquaient que les esclaves nues pour nous gaver de raisin congelé.
Mais ça, dans le coin, ça manque.
Et les rennes ne sont pas très coopératifs...

(Suite au prochain numéro, avec une journée typique de guerriers du Grand Nord)


The Mönstrous Kazette von der Alpages

Et youpi tralala, Glürtenzfeildt ein that Mönstrous Kazette von der Alpages ! Un p'tit bouquetin découvre le monde... et le grand Nawak Universel. Curieux/se? Cliquez sur le mouton

You

Février 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
<<  <   >  >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28    

Archives

Ailleurs

Amis

Médiéval

Zutilitudes

Balade

  • Vive le vent, vive le vent...

    ” – Alors, ces vacances en Islande ?”
    ” – Oh, sympa…”


    Isande, février 2015. Quelque part au nord du Hofsjökull.
    Astex, ce poulet, décide de retirer ses skis pour essayer d’avancer.

Zique - Groupes

Rando z'é voyage

Diverzévariés

Divers

Rechercher

Syndiquez ce blog XML

What is RSS?

powered by
b2evolution